Face à la mer en collaboration avec Museum of African Contemporary Art Al Maaden vous propose deux jours d’ateliers, les 14 et 15 Décembre 2019 à Marrakech.

WORKSHOP « Définir et présenter sa démarche professionnelle »

Samedi 14 et dimanche 15 décembre 2019 au MACAAL à Marrakech
Intervenants : Yamna Mostefa et Wilfrid Estève
Atelier professionnel limité à 10 personnes

En soutien aux Rencontres Photo de Tanger, initiative structurante en faveur de la photographie émergente au Maghreb, la Fondation Alliances a doté le prix “Face à la Mer” et a ainsi permis de récompenser son premier lauréat, Seif Kousmate.

Dans le cadre de ce partenariat, les fondateurs de ce prix, Wilfrid Estève et Yamna Mostefa conduiront un atelier professionnel au MACAAL Lab, et permettront à 10 photographes sélectionnés de bénéficier de cette formation afin d’approfondir leur démarche professionnelle et leur pratique de la photographie.

Le workshop
Etendu sur deux jours, cet atelier destiné aux photographes professionnels a pour objectif de renforcer leurs compétences en structurant leur démarche professionnelle en les dotant d’outils méthodologiques qui leur permettront de valoriser leurs travaux mais aussi de développer et de partager leur réflexion autour de leurs projets photographiques.

Axe 1 > Définir son projet professionnel
Axe 2 > Savoir appréhender le marché
Axe 3 > Editing / Argumentaire
Axe 4 > Présentation / Diffusion

Le programme
Jour 1

Point sur le parcours du photographe
Définition des besoins individuels et des centres d’intérêt
Définition d’un projet professionnel
Contexte du marché, quelles personnes solliciter et à quelle occasion ?
Sous quelle forme valoriser son travail ?

Jour 2

Editing d’une série existante
Forme et fond d’un document de présentation
Réalisation d’un editing
Construction d’un argumentaire

Conditions de participation
Cet atelier est destiné aux photographes auteurs, documentaires, photojournalistes professionnels ou en voie de professionnalisation et aux artistes utilisant la photographie. Les candidats doivent maîtriser les techniques de prises de vues et de retouches; ont réalisé des séries photographiques cohérentes qu’elles soient journalistiques, documentaires, fictionnelles etc.

Procédure d’admission
La procédure consiste en une sélection de 10 candidatures par les intervenants et l’équipe du MACAAL. Les dossiers sont à envoyer à l’adresse mediation@macaal.org et devront comprendre :

CV et biographie (PDF)
Lettre de motivation et expériences professionnelles (PDF)
Descriptif du projet professionnel (PDF)
Présentation écrite des séries photographiques à étudier durant l’atelier (PDF)
Lien vers le site web ou les réseaux sociaux du candidat

Remise du prix Face à la mer à Paris

Rendez-vous à 17h30 le mardi 5 novembre à la mairie du 4e arrondissement de Paris (2 place Baudoyer) pour la remise du prix 2019 en compagnie de Photo Doc. ! Ce sera aussi l’occasion de participer à deux tables rondes de 15h à 17h30, de retrouver notre lauréat, Seif Kousmate et de parler de l’édition 2020.

La Fondation Alliances a permis la création du Prix Face à la mer en le dotant d’un cash prize de 2 000$.

Face à la mer invité à Perpignan pour participer à « Des images plein la Têt »

Une soirée dédiée à « Face à la mer » est prévue le jeudi 5 septembre à Perpignan dans le cadre des « Images plein la Têt ».

Projection d’oeuvres durant deux heures dans le centre de la ville avec une performance Live de Raph Dumas et de Manu Perez. Prise de parole de Yamna Mostefa pour expliquer les objectifs des rencontres photo de Tanger et présenter les artistes et auteurs projetés. Un montage vidéo consacré au lauréat Seif Kousmate est projeté les trois soirs de l’évènement. Rendez-vous à la tombée de la nuit sur l’avenue Torcatis le jeudi 5, vendredi 6 et samedi 7 septembre 2019.

Seif Kousmate, lauréat du prix des premières rencontres Photo de Tanger

Yamna Mostefa, présidente du jury des rencontres Face à la mer est ravie de vous annoncer que Seif Kousmate est le photographe lauréat de cette première édition avec son travail sur la jeunesse rwandaise, 25 ans après le génocide. Au-delà de sa série, le jury a également tenu compte de sa démarche professionnelle et de son engagement.

Yamna Mostefa, présidente du jury et Seif Kousmate, lauréat du prix Face à la mer le samedi 4 mai à la cinémathèque de Tanger.

Seif Kousmate est un photojournaliste autodidacte spécialisé dans les questions sociales, né en 1988 à Essaouira, Maroc. A 17 ans, il s’installe en France, étudie l’ingénierie et commence à travailler dans ce secteur après avoir obtenu son diplôme de master. Quelques années plus tard, il a décidé de quitter son poste et de voyager en Asie du Sud-Est, au Japon et au Canada. Il a ouvert un blog itinérant de photographie, partageant ses histoires et rapportant son voyage. C’est ainsi que Seif s’est lancé dans le domaine et a pris la décision de se bâtir une carrière de photographe professionnel. Il a suivi le programme  » Seeing through Photographs  » offert par le MoMA de New York. Fin 2016, Seif est retourné dans son pays natal et a travaillé avec une société de production locale sur un reportage sur la vie hivernale dans un village isolé de l’Atlas. En 2017, Seif a vécu plusieurs semaines dans les montagnes du Gourougou afin de rendre compte des migrants subsahariens en attente de franchir la frontière avec l’Europe. En mars 2018, il a commencé à travailler sur l’esclavage traditionnel en Mauritanie où il a été arrêté et expulsé par les autorités pour avoir travaillé sur une question taboue et censurée.
Pour lui, le photojournalisme est sa contribution à changer le monde qui l’entoure et à développer les mentalités.

Extrait de la série de portraits de jeunes rwandais. Ils sont enfants d’exilés, enfants de génocidaires, enfants de rescapés, jeunes nés suite aux violes et porteurs du VIH, ou encore orphelins du génocide, ils cohabitent dans le Rwanda d’aujourd’hui malgré leurs histoires personnelles.

Série présentée : La jeunesse rwandaise, 25 ans après le génocide.

25 ans après le dernier génocide du XXème siècle, le Rwanda commence à rayonner à l’échelle africaine et internationale. Le pardon et la reconciliation sont les bases de ce développement. Un énorme travail d’accompagnement a été réalisé auprès de la population pour aller au-delà des traumatismes des événements de 1994 et cohabiter ensemble dans le Rwanda d’aujourd’hui.
La jeunesse du pays fait aussi partie des chantiers prioritaires, car 60% de la population a moins de 25ans. Ils sont enfants d’exilés, enfants de génocidaires, enfants de rescapés, jeunes nés suite aux violes et porteurs du VIH, ou encore orphelins du génocide, ils cohabitent malgré leur histoires personnelles. En plus de cet héritage lourd qu’il portent sur les épaules, ils doivent trouver des solutions face au chômage, la pauvreté, et les études trop cher… Après avoir passé plus de deux mois auprès de la jeunesse Rwandaise, je vous livre le portrait d’une jeunesse optimiste sur son avenir, consciente de l’effort qu’elle doit fournir pour le développement du pays, mais n’assume pas souvent son passé, malgré les efforts
du gouvernement pour l’unité.

Un groupe de jeune dans un centre de formation Itoréro à Kigali. Kigali-Rwanda. Chaque année le gouvernement rwandais organise un stage sur plusieurs jours pour tous les jeunes à la fin du lycée pour apprendre les valeurs de la nation, l’histoire du pays, les valeurs de l’unité, et le rôle important que les jeunes doivent jouer pour contribuer à leur communauté et au développement du pays.
Des jeunes filles dans l’arrière cours du centre de jeunes Rafiki à Nyamirambo pendant un concours annuel de danse traditionnelle. Kigali-Rwanda. La danse traditionnelle est très populaire chez les jeunes, les éducateurs l’utilisent pour travailler l’unité et créer la cohésion chez la jeune génération.

Le jury était présidé par Yamna Mostefa et composé de 15 membres :

  • Valentin Bardawil, Photo Doc.
  • Dimitri Beck, Polka
  • Amandine Besacier, commissaire d’exposition
  • Nataly Bideau, GEO France
  • Lorelei Buser Suero, festival de photographie international In Cadaques
  • Carine Dolek, festival Circulation(s)
  • Charlotte Floussaud, Photo Doc.
  • Clarisse Denarnaud, librairie galerie les Insolites
  • Kalel Koven, In Frame
  • Marie Moignard, Diptyk magazine
  • Yamna Mostefa, Rencontres photo de Tanger
  • Valérie Pailler, CFPJ
  • Tess Raimbeau, Libération
  • Elsa Seignol, Editions Revers
  • Lorenzo Virgili, Hans Lucas
Les membres du jury à l’issue des délibérations à la cinémathèque de Tanger.

L’annonce du prix des rencontres a faite le samedi 4 mai à la cinémathèque RIF de Tanger. La dotation du Prix des Rencontres photographiques professionnelles méditerranéennes “Face à la mer” inclut notamment :

A la vue de la qualité des parcours et séries présentées, les membres du jury ont décidé d’attribuer des mentions spéciales à M’hammed kilito, Youcef Krache, Fethi Sahraoui, Yoriyas ainsi qu’au Collective 220.

Marie Moignard de Diptyk magazine en lecture de folio.

PROGRAMME

Les Rencontres professionnelles méditerranéennes “Face à la mer” sont basées sur un principe d’échanges autour de la pratique photographique et du marché de la photographie entre des photographes marocains, algériens, tunisiens, français et des experts marocains et internationaux.

La manifestation souhaite également faire découvrir des séries photographiques documentaires, liés au photojournalisme ou à des écritures créatives.

L’organisation de ces espaces d’échange est au coeur des actions de la manifestation : projections d’oeuvres, rencontres autour et après les projections, débats lors des ateliers, lectures de portfolios et table ronde. Ces rencontres ont été conçues comme un lieu propice à la discussion, l’objectif est de créer une dimension sociale culturelle afin d’endiguer l’isolement dans lequel est souvent plongé les auteur·e·s.

Afin de renforcer l’accompagnement et la professionnalisation de photographes, « Face à la mer » propose la remise d’un prix, la réalisation d’une performance live, la projection de séries photographiques, l’organisation de neuf ateliers et rencontres pros, de lectures de portfolio et une table ronde.

La dotation inclut notamment une formation à Paris de 10 jours au sein de l’école de journalisme le CFPJ, un espace pro sur Hans Lucas durant un an, une participation – conférence et projection – à Photo Doc. 2019 à Paris, une exposition à la librairie galerie Les insolites à Tanger, une exposition durant le festival In Cadaqués en septembre 2019 ainsi qu’une dotation financière de 2000 $ par la Fondation Alliances.

CALENDRIER DE LA MANIFESTATION

MERCREDI 1er MAI A TANGER :

19h30 – 20h30 / Début de soirée avec une performance LIVE sur trois projections photographiques au cinéma RIF de 19h30 à 20h30. Une création musicale sous forme de performance LIVE aura lieu avec le DJ Raph Dumas.

20h30-20h50, lancement de Face à la mer au Cinéma RIF : présentation des Rencontres professionnelles méditerranéennes par Yamna Mostefa et Wilfrid Estève.

21h00 – 23h00 / After & rencontres pros
Fin de soirée à l’espace bar de la cinémathèque, rencontre professionnelle dans un cadre convivial entre photographes et expert·e·s.

JEUDI 2 MAI A TANGER :

11h00 à 13h00, les ateliers Professionnels se dérouleront au musée des cultures méditerranéennes de la Kasbah de Tanger.

Accès gratuit sur inscription à facealamer.tanger@gmail.com dans la limite des places disponibles.

Les ateliers professionnels ont vocation à accompagner sur une pratique professionnelle. C’est un moment durant lequel nous proposons un contact direct avec des experts en capacité de guider des professionnels émergents.

Les expert·e·s ont participé à 9 ateliers. Ici Meriem Berrada du Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden et de la fondation Alliances.

11h-12h / ATELIER PRO 1 « Fondation et galerie : comment se faire remarquer et construire son parcours professionnel » animé par Meriem Berrada du Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden et de la fondation Alliances et par Nathalie Locatelli de la galerie 127.

M’hammed Kilito témoigne de sa pratique.

12h00 – 13h00 / ATELIER PRO 2 « Les attentes d’un éditing » animé par Nataly Bideau de GEO France et Kalel Koven d’In Frame.

15h00 – 16h00 / ATELIER PRO 3 « Exposition, projection ou appel à concours, comment aborder un festival ? » animé par Carine Dolek du festival Circulation(s) et Lorelei Buser Suero, du festival In Cadaques.

Carine Dolek du festival Circulation(s) et Lorelei Buser Suero, du festival In Cadaques lors de l’atelier pro 3.

16h-17h / ATELIER PRO 4 « Revue, magazine et fanzine, quelles approches sur la photographie ? Comment les démarcher ? » animé par Wilfrid Estève des éditions Louvre-Rivoli, Marie Moignard de Diptyk magazine et Elsa Seignol de Revers éditions.

Marie Moignard de Diptyk magazine et Elsa Seignol de Revers éditions lors de l’atelier pro 4.

VENDREDI 3 MAI A TANGER :

10h00 à 13h00, les ateliers professionnels au Musée des cultures méditerranéennes de la Kasbah de Tanger

Accès gratuit sur inscription à facealamer.tanger@gmail.com dans la limite des places disponibles.

Fethi Sahraoui témoigne de sa pratique.

10h00 – 10h45 / ATELIER PRO 5 « Production et diffusion, quel est le marché des médias en France ? » animé par Wilfrid Estève d’Hans Lucas et Fouzia Marouf, d’Afrique magazine.

10h45 – 11h30 / ATELIER PRO 6 « La nouvelle photographie documentaire » animé par Charlotte Flossaut et Valentin Bardawil de Photo Doc.

Accès gratuit sur inscription à facealamer.tanger@gmail.com dans la limite des places disponibles.

Charlotte Flossaut et Valentin Bardawil de Photo Doc.

11h30 – 12h15 / ATELIER PRO 7 « Décryptage du service photo d’un grand quotidien français » par Tess Raimbeau de Libération.

Le public professionnel est venu nombreux pour les ateliers.
Valérie Pailler du CFPJ et Lorenzo Virgili d’Hans Lucas lors de l’atelier pro 8.

12h15 – 13h00 / ATELIER PRO 8 « Être photographe professionnel » par Valérie Pailler du CFPJ et Lorenzo Virgili d’Hans Lucas.

Idhir Baha présente son folio à Tess Raimbeau de Libération.

14h30 – 18h30 / LECTURES DE PORTFOLIO à la cinémathèque RIF de Tanger.

Une lecture de portfolio est toujours un rendez-vous incontournable. C’est pour l’occasion pour un photographe de profiter d’un moment unique pour échanger en tête à tête durant 25 minutes avec un professionnel.

Durant la lecture de portfolio, des photographes recevront des « coups de coeur ». Ces coups de coeur sont une pré-sélection qui leur permettra d’être short-listés pour la phase finale du concours. Le jury professionnel se réunira le samedi pour délibérer.

Accès gratuit sur inscription à facealamer.tanger@gmail.com dans la limite des places disponibles.

Avec notamment Valentin Bardawil (Photo Doc.), Meriem Berrada (Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden), Amandine Besacier (commissaire d’exposition), Nataly Bideau (GEO France), Lorelei Buser Suero (In Cadaques), Carine Dolek, du festival Circulation(s), Charlotte Flossaut (Photo Doc.), Nathalie Locatelli (galerie 127), Marie Moignard (Diptyk magazine), Fouzia Marouf (Afrique magazine), Valérie Pailler (CFPJ), Tess Raimbeau (Libération), Elsa Seignol (Editions Revers) et Lorenzo Virgili (Hans Lucas).

Valérie Pailler du CFPJ en pleine découverte du travail de Brahim Benkirane.
Débat et projection sur la photographie émergente au Maroc animé par Lorenzo Virgili.

19h00 – 21h00 : débat et projection sur la photographie émergente au Maroc et en Algérie à la cinémathèque RIF, modération de Lorenzo Virgili, avec les oeuvres projetées et en présence de :

  • Karen Assayag d’Hans Lucas Méditerranée
  • Sofiane Bakouri d’Hans Lucas Méditerranée
  • M’hammed Kilito
  • Seif Kousmate d’Hans Lucas Méditerranée
  • Youcef Krache du Collectif 220
  • Fethi Sahraoui du Collectif 220

Accès gratuit sur inscription à facealamer.tanger@gmail.com dans la limite des places disponibles.

Débat et projection sur la photographie émergente au Maroc.

SAMEDI 4 MAI :

11h30 – 14h00 / « Une histoire de Tanger » à la fondation de la photographie

Dans le cadre de son partenariat avec la Fondation pour la photographie, les rencontres de Tanger « Face à la mer » ont le plaisir d’organiser le samedi 4 mai une visite commentée en compagnie de Daniel Aron et de Philippe Guiguet-Bologne de l’exposition « Gens de talent ». Retrouvez l’article détaillé ici.

14h15 – 15h45 / JURY de la première édition des rencontres de Tanger.

Le jury était présidé par Yamna Mostefa et composé de 15 membres :

  • Valentin Bardawil, Photo Doc.
  • Dimitri Beck, Polka
  • Amandine Besacier, commissaire d’exposition
  • Nataly Bideau, GEO France
  • Lorelei Buser Suero, festival de photographie international In Cadaques
  • Carine Dolek, festival Circulation(s)
  • Charlotte Floussaud, Photo Doc.
  • Clarisse Denarnaud, librairie galerie les Insolites
  • Kalel Koven, In Frame
  • Marie Moignard, Diptyk magazine
  • Yamna Mostefa, Rencontres photo de Tanger
  • Valérie Pailler, CFPJ
  • Tess Raimbeau, Libération
  • Elsa Seignol, Editions Revers
  • Lorenzo Virgili, Hans Lucas
Les membres du jury durant les délibérations.

16h00 – 17h00 / ATELIER PRO 9 « Décryptage du fonctionnement de Polka » par Dimitri Beck, son directeur de la photographie, animation Wilfrid Estève.

Dimitri Beck, directeur de la photographie de Polka, lors de son atelier.

17h00 – 17h30 / Présentation de Hans Lucas Méditerranée en présence des auteurs, du CFPJ et annonce du lauréat du Prix des Rencontres de Tanger.

Durant la lecture de portfolio, des photographes recevront des « coups de coeur ». Ces coups de coeur sont une pré-sélection qui leur permettra d’être short-listé·e·s pour la phase finale du concours. Le jury professionnel se réunira le samedi pour délibérer.

Pour candidater au Prix, il faut avoir participer aux lectures de portfolio le vendredi 3 mai.

La dotation inclut notamment une formation à Paris de 10 jours au sein du CFPJ, un espace pro à Hans Lucas durant un an, une participation à Photo Doc. 2019 à Paris, une exposition durant le festival In Cadaqués en septembre 2019, une exposition à la librairie galerie Les insolites à Tanger ainsi qu’une dotation financière de 2000 $ par la Fondation Alliances.

Clarisse Denarnaud de la librairie galerie Les insolites durant la table ronde.

17h35 – 19h30 / TABLE RONDE « Photographes : devenir, être et durer ».

Partie I / Devenir : Formation, environnement, pratique, droits et devoirs, règles, responsabilité professionnelle, statut et droit d’auteur.

  • Animation de Lorenzo Virgili avec les interventions de :
  • Clarisse Denarnaud de la librairie galerie les Insolites
  • Wilfrid Estève, directeur d’Hans Lucas, enseignant à l’Université de Perpignan
  • Sofiane Bakouri, photographe Algérien membre d’Hans Lucas Méditerranée, lauréat du premier prix du Maghreb Photographic Awards édition 2018
  • Seif Kousmate, photographe marocain d’Hans Lucas Méditerranée, lauréat bourse National Geographic 2018
  • Carine Dolek, festival Circulation(s)

Partie II / Être : Regard d’auteur, production, réalité du métier, déontologie, circuits, diffusion, transformation des équipements, évolution des pratiques.

  • Animation de Wilfrid Estève, interventions de :
  • Youcef Krache et Fethi Sahraoui, photographes algériens du Collectif 220
  • Tess Raimbeau, iconographe à Libération
  • Dimitri Beck, chef de la photographie à Polka

Partie III / Durer : Renouvellement, perspectives, avenir du photographe et de son rôle sociétal.

  • Animation de Wilfrid Estève avec les interventions de :
  • Kalel Koven, photographe ambassadeur FUJIFILM FRANCE, rédacteur en chef d’In Frame
  • Charlotte Flossaut et Valentin Bardawil, Photo Doc.
  • Nataly Bideau, magazine GEO France
  • Marie Moignard, Diptyk magazine

Les rencontres photo de Tanger c’est aussi ça…

La bonne humeur de Raph Dumas, le DJ de la soirée de lancement durant le cocktail de bienvenue au Dar Nour, partenaire des Rencontres photo de Tanger.
Samir Maouche ne s’arrête jamais.
Concert improvisé avec Joël et Junior durant le cocktail de bienvenue au Dar Nour, partenaire des Rencontres photo de Tanger.
Les magnifiques – et confortables – tapis de Bleu de Fes durant les ateliers au Musée de la Kasbah.
Présentation du magazine Diptyk aux participants des ateliers.
Entre Nakata le marocain et Junior le camerounais, les discussions vont bon train pour sélectionner les photographies.
Fethi Sahraoui du collective 220 et Sabri Benalycherif d’Hans Lucas Méditerranée en grande discussion.
Les jeunes apprentis du traiteur Tafoukt Darna ont oeuvré au café culturel Chérifa.
4 étudiantes du Diplôme Universitaire « Photographie documentaire et écriture numérique » ont fait le déplacement depuis Carcassonne.
Des dîners avec les photographes de tous horizons ainsi que les experts.
Dimitri Beck, Lorenzo Virgili et Charlotte Floussaut;
Des amitiés qui se sont créées.
L’au revoir entre le photographe marocain Youness Miloudi et Yamna Mostefa.
Nous vous donnons tous rendez-vous pour la prochaine édition !